Déclin des commerces de centre-ville : les acteurs réclament un plan Marshall

Plusieurs rapports confirment la montée inquiétante de la vacance commerciale dans les villes moyennes.Boutiques éphémères ou à l’essai, plan d’aide de la Caisse des Dépôts… les solutions se font souvent au cas par cas.

Un plan Marshall pour les petits commerces ? Alors que les soldes réveillent depuis une semaine nombre de centres-villes, certains pleurent leurs devantures fermées. La situation ne cesse de péricliter depuis dix ans. Deux études récentes viennent de le confirmer. Dans sa dernière analyse rendue publique en mai, l’Institut pour la ville et le commerce souligne que, depuis 2010, la vacance commerciale s’est accentuée, gagnant en moyenne un point par an. En 2016, elle atteint en moyenne 11,3 % dans le coeur des villes de plus de 25.000 habitants. Selon l’étude, sur un échantillon de 190 agglomérations urbaines de cette taille, . Quinze ans plus tard, ils sont moins de 7 %. A contrario, seuls un peu plus de 10 % des centres-villes affichaient un taux de vacance commerciale supérieur à 10 % en 2001. Ils sont près de 60 % en 2016.

En savoir plus sur Les Echos